Bonjour !
Bonne visite !

La Yourtière du Graon: gîte et yourte d'hôte à Saint Vincent sur Graon...

... à la campagne et à 20 minutes de l'océan...

Présentation

Qui sommes nous ?

Originaires de la région parisienne, nous habitons en Vendée depuis maintenant 15 ans. Le hasard nous y a conduit car c’est dans ce département — qui nous était totalement inconnu — que Bérangère a été recrutée pour passer les concours de professeur des écoles. Après avoir passés quelques années à Beauvoir sur mer — en face de l’île de Noirmoutier — et rénové une petite maison de pêcheurs, nous avons mis le cap plus vers le sud de la Vendée où nous avons réhabilité une ancienne grange.

?????

Nos modestes pérégrinations depuis 1998: 1) région parisienne (91 et 78), 2) Rennes, 3) La Roche sur Yon, 4) Beauvoir sur Mer, 5) Saint Vincent sur Graon

Vendee

Saint Vincent sur Graon, c’est là où il y a la croix, entre la Roche sur Yon et la Tranche sur mer, à 20 minutes de l’océan…

 

Nous avons toujours été plus ou moins sensibles aux problématiques environnementales. Notre fils a été le premier à expérimenter les couches lavables et l’alimentation bio a progressivement pris place dans nos assiettes.

Slidre_Couche_Lavable

Au niveau de la construction, notre première rénovation n’était pas du tout écologique. En 2000, on n’en parlait pas beaucoup et nous étions novices. Nous avons donc utilisé des matériaux traditionnels : polystyrène, laine de verre, etc…

 

 

 

poele de masse

Le poêle de masse

En 2005, nous avons déménagé au Sud de la Roche sur Yon et en quête d’une grange à rénover, nous avons commencé à étudier l’offre de matériaux écologiques. 5 ans après notre première rénovation, ce marché restait encore très confidentiel et certains magasins de matériaux se sont gaussés quand nous leur demandions s’ils avaient de la laine de mouton. 1154948192_smallBref, après moults recherches, nous avons trouvé ce qu’il fallait : poêle de masse, récupérateur d’eau de pluie de 10 m3, panneaux solaires, isolation en laine de mouton, panneaux de fibre de bois, enduits terre, torchis, peintures naturelles, etc. Pour nous, malgré le surcoût, il était fondamental que nos enfants respirent un air sain. Nous avons beaucoup appris et avons réellement testé tous ces produits et si nous ne ferions pas exactement les mêmes choix si c’était à refaire, certains matériaux sont vraiment très agréables à utiliser et à conseiller ! Nous avons donc vécu 1 an et demi dans un vieux « mobil home » posé sur notre terrain le temps de la rénovation, avec nos 3 enfants, dont la petite dernière qui n’avait que quelques mois ! Que de bons souvenirs malgré les fuites d’eau, le mobil home penché et le froid de l’hiver ! Fabien n’ayant pas de travail ou étant en congé parental, il a pu consacrer une bonne partie de son temps à la rénovation. Mais quelques années ont passé, les enfants ont grandi, le spectre des études coûteuses avec, Fabien a fait plusieurs formations sans trouver de travail. Parallèlement notre réflexion sur l’écologie s’est amplifiée, nous nous sommes inscrits à une AMAP, fait des rencontres, élargi notre démarche, lu des livres, des magazines. Car c’est quand Fabien n’a plus eu du tout de revenus que nous sommes entrés dans une deuxième phase de réflexion.

Nous devions impérativement revoir notre façon de consommer et dépenser moins. Après de grosses frayeurs, nous avons Sobriete-heureusefinalement constaté que c’était possible de vivre avec un seul revenu et que cela allait changer notre façon de vivre et rejoignait finalement et confortait nos convictions. Faire son pain, ses yaourts, ses compotes, manger moins de viande, faire les vide-grenier, diminuer nos déchets, acheter local, faire du troc. Nous avons peu à peu rencontré des gens ayant fait les mêmes choix que nous, soit par nécessité comme nous, soit par par choix. La sobriété heureuse en somme. Nous nous sommes rendus compte qu’il était possible de ne pas avoir d’emploi et d’avoir son utilité dans la société, par exemple avec le bénévolat. Nous avons compris et accepté que le fait qu’un de nous deux puisse être plus présent à la maison était une réelle richesse pour notre famille. Mais voilà, même en changeant de façon de vivre, de l’argent il en fallait quand même un peu notamment pour les études des enfants et pour pouvoir quand même se faire plaisir de temps en temps. On a donc mis les choses sur la table et on s’est demandé : « Qu’est-ce que Fabien pourrait faire comme activité qui lui permette d’être toujours disponible pour nos enfants, qui lui laisse une liberté de décision et qui soit en accord avec nos convictions ? ». Nous avons cherché nos points forts : nous aimons recevoir des amis, savons bricoler, avons des convictions et sommes engagés et habitons dans une région touristique. Je ne sais plus vraiment comment l’idée de la yourte est venue, mais nous sommes allés voir le camping et les ateliers de la frênaie — où la yourte a été fabriquée —, avons passé plusieurs nuits dans des yourtes et cela est apparu comme une évidence. Un habitat léger, construit à partir de ressources locales et se référant à une culture très intéressante réputée pour son accueil. Notre but était aussi de se sentir utile, pas juste de faire du tourisme. Se sentir utile c’était apporter une dimension « éducative »à notre projet, sans être moralisateur du tout mais juste proposer un retour à la simplicité tout en testant des alternatives écologiques simples à mettre en place. Notre but est en effet d’être cohérent et de montrer qu’il est possible de vivre sobrement en faisant appel à notre créativité et en élargissant son point de vue.

Car face à l’ampleur des problèmes écologiques, il nous semble inutile d’angoisser et de culpabiliser les gens comme le font les médias. Il est plus constructif de mettre en avant les solutions. C’est ce que nous essaierons de faire…

 

Si vous voulez en savoir encore davantage sur nous, lisez l’article du blog là: http://layourtieredugraon.com/?p=1462

 

Pas Cmmentaires Encore.

Laisser une Réponse

Restons en contact

02-51-62-51-45